→Le plus faible
état de cohésion


Exposition personnelle à l’Institut National des Sciences Appliquées de Lyon


Le plus faible état de cohésion
Il y avait au dessus de la petite route de campagne, ce pont. Un pipe-rack, le nomment-ils. De part et d’autre de cette route filaient tuyaux, compresseurs, blocs de béton, colonnes de distillations, cuves, sphères de stockage…
Bref, l’usine de gaz.

Et ainsi, au dessus de ma tête, encore, les tuyaux (bleu pour l’eau, rose pour l’hydrogène, le jaune pour le chlore, violet le chlorure de méthyle, en rouge ce qui concerne incendie et sécurité…). Ils filaient le long de ce pipe-rack et avec, les salariés de l’usine, à pied (singulière et forte assimilation des corps et des produits !). Un grand pont qui sort et retourne de/à l’usine, et moi dehors, dedans du coup.

Le plus faible état de cohésion
Le plus faible état de cohésion
Le plus faible état de cohésion
Le plus faible état de cohésion
Le plus faible état de cohésion
Le plus faible état de cohésion
Le plus faible état de cohésion
Le plus faible état de cohésion
Le plus faible état de cohésion
Le plus faible état de cohésion
Le plus faible état de cohésion
Le plus faible état de cohésion
Le plus faible état de cohésion
Le plus faible état de cohésion
Le plus faible état de cohésion
Le plus faible état de cohésion
Le plus faible état de cohésion
  • Le plus faible état de cohésion
  • Le plus faible état de cohésion
  • Le plus faible état de cohésion
  • Le plus faible état de cohésion
  • Le plus faible état de cohésion
  • Le plus faible état de cohésion
  • Le plus faible état de cohésion
  • Le plus faible état de cohésion
  • Le plus faible état de cohésion
  • Le plus faible état de cohésion
  • Le plus faible état de cohésion
  • Le plus faible état de cohésion
  • Le plus faible état de cohésion
  • Le plus faible état de cohésion
  • Le plus faible état de cohésion
  • Le plus faible état de cohésion
  • Le plus faible état de cohésion

Il a fallu en démultiplier les points de vue afin d’échapper à la fuite du regard devant les choses. Les dessiner, jamais complètement, les répéter encore et encore, dessiner le contour de la chose, ou alors la dessiner par l’intérieur, tracer d’une même ligne un objet du fond et un du premier plan, tenter de saisir des volumes par ce qu’ils peuvent contenir… Accumuler en somme… Vaine tentative ; le corps ne cesse d’être en mouvement, incompréhensions et malentendus pointent le bout de leur nez.

L’usine, sans cesse, contrôle de l’incontrôlable. Elle pressure les gaz afin d’obtenir du solide, du palpable, toutes les matières de nos mondes domestiques.
Dangereuse et sensible nourrice…

 


Les commentaires sont fermés.